Les tarifs

voici les deux options qui s'ouvrent à vous :

Option 1 : l'option alternative

CréaTissage Agroécologie recherche la transition des sociétés dans toutes ses sphères.

C’est pourquoi, elle ouvre la possibilité de rémunérations basés sur une multiplicité de modalités : monnaies locales, troc, échanges, monnaies alternatives, etc.

Faites vos propositions, CréaTissage Agroécologie se renseigne sur les moyens nécessaires afin de les réaliser en toute légalité.

Option 2 : l'option "habituelle"

Les devis conventionnels sont aussi une option !

Vous pouvez aussi demander à ce que les prix soient fixées comme vous feriez dans n’importe quelle autre entreprise.

En effet, il est peu commun, et parfois inconfortable, de devoir évaluer la valeur du travail d’autrui.

La participation consciente propose et ouvre une voie de questionnements dans notre rapport à l’argent et notre façon d’échanger nos richesses, à ce que nous sommes chacun prêts à donner… et à recevoir.

Dans une société où sont présentes de fortes inégalités de revenus, elle permet la solidarité entre les différents clients de CréaTissage Agroécologie et une responsabilisation collective. Ce processus repose sur la confiance qu’une forme d’autorégulation va s’instaurer pour obtenir un montant global qui soit juste.

Il s’agit de la somme en euros que vous souhaitez ou pouvez donner à la fin du partenariat  pour ce que vous avez vécu. Aucun prix ne sera donc exigé ou proposé. Chacun évalue la somme qu’il-elle souhaite donner en fonction de 4 paramètres :

  • Ses propres revenus et sa situation financière.
  • Ce qu’il·elle souhaite rétribuer pour la qualité de ce qu’il·elle a reçu.
  • Les tarifs couramment pratiqués pour ce type de services.
  • Le nombre d’heures/jours travaillés.

La remise se fait,  à la fin du partenariat ou à des intervalles réguliers en cas de partenariats durant plus qu’une semaine. Ce point est fixé en début de partenariat. Cette remise se fait de façon non-anonyme, sans justification du montant. Le non-anonymat est une manière pour que chacun-e assume pleinement son choix, une manière de parler en « je ».

Pour nourrir la réflexion collective, le processus fait l’objet d’un temps de partage en début et
fin d’expérience, voire tout au long du partenariat. Il est indispensable que les deux parts impliquées puissent communiquer

Ce processus fait appel à un certain degré.

Une question ? Une idée ? Une proposition ?